A propos de la PlaTec

L’équipe

Pour favoriser les interactions entre deux mondes qui communiquent - ou communiquaient, puisque la postérité des humanités dites « numériques » traduit une indéniable convergence - parfois avec quelques difficultés, l’équipe de la PlaTec est composée pour moitié d’informaticiens et pour moitié de chercheurs en sciences humaines.

L’équipe se compose actuellement de :

  • Informaticien de formation, Loïc Jaouen est chargé :
    • du déploiement à l’UNIL de Salsah, Knora et Sipi,
    • d’une première expertise informatique globale pour établir les besoins des projets de recherche (infrastructure, développement, etc.),
    • du développement de nouvelles fonctionnalités pour Salsah et Knora, en fonction des besoins exprimés par les chercheurs de l’UNIL,
    • du développement (et/ou de l’encadrement du développement) de nouvelles interfaces pour Knora,
    • de l’administration des serveurs de la PlaTec, mis à disposition par le Centre Informatique.
  • Archéologue de formation, titulaire d’un doctorat avec une expérience significative de la recherche en sciences humaines, Marion Rivoal est responsable de la PlaTec et de l’antenne du Data and Service Center for Humanities à l’UNIL. Elle assure :
    • l’interface ou la médiation entre les équipes de recherche et les développeurs de la PlaTec et du Data and Service Center for Humanities,
    • l’accompagnement des équipes de recherche tout au long du déroulement des projets (dépôt, définition des besoins, structuration des données/représentation des connaissances, choix des référentiels, etc.),
    • l’analyse des besoins ou spécificités des projets pris en charge par le Data and Service Center for Humanities à l’UNIL pour orienter les développements ultérieurs des services proposés par la Platec et des outils du Data and Service Center for Humanities,
    • la gestion des données de recherche pour les projets pris en charge par la PlaTec, en coordination avec UNIRIS et avec le Data and Service Center for Humanities.

L’équipe de la PlaTec définit ses objectifs en concertation avec les professeurs Dominique Vinck, directeur du LaDHUL et Béla Kapossy, président de la commission du Data and Service Center for Humanities établie par l’Académie Suisse des Sciences Humaines et Sociales.

Le réseau de la PlaTec

Pour être en mesure de répondre aux attentes des chercheurs dans les différents domaines des sciences humaines et sociales relevant du numérique, la PlaTec s’appuie tout naturellement sur le réseau du LaDHUL et sur des collaborations qui lui permettent d’élargir ses compétences.

Au nombre de ces collaborations figurent :

  • le Data and Service Center for the Humanities, infrastructure de l’Académie Suisse des Sciences Humaines et Sociales, financée par le Secrétariat d’Etat à la Formation, à la Recherche et à l’Innovation, en charge de la pérennisation des données de recherche en sciences humaines et sociales, avec une expertise signicative dans le domaine du cycle de vie des données ;
  • le Digital Humanities Lab, laboratoire de l’Université de Bâle dédiée la recherche interdisciplinaires dans les sciences humaines, avec une longue expérience de l’image (argentique et numérisation, standards pour le développement web, matériel) et de la préservation de ses supports, mais également de la vidéo, de l’audio et des infrastructures numériques en général.
  • le Centre Informatique de l’UNIL, qui met à la disposition de la PlaTec et du Data and Service Center for the Humanities les serveurs qui leur permettent (1) d’héberger les données de recherche et d’assurer leur duplication sur plusieurs sites pour garantir leur sauvegarde et (2) de disposer des espaces de stockage et des serveurs performants nécessaires au traitement de gros jeux de données (données du web par exemple). Le Centre Informatique permet également le déploiement de Knora à l’UNIL en finançant la licence d’exploitation de GraphDB, base de données orientée graphes de Knora.
  • UNIRIS, spécialisé dans la gestion des ressources informationnelles et des archives, et chargé par le dicastère Recherche de l’UNIL de l’élaboration d’une politique générale de gestion des données de recherche pour l’UNIL.

A l’origine de la PlaTec

Le lancement de la plateforme technique du LaDHUL, en février 2016, fait suite au projet-pilote Centre de Données et de Prestations/Daten- und Dienstleistungszentrum (CDP-DDZ). L’objectif de ce projet-pilote, la pérennisation des données de recherche pour les sciences humaines et sociales, ne répondant pas aux besoins immédiats de la communauté des chercheurs en SHS, la décison a été prise d’élargir le périmètre d’action de la PlaTec pour proposer une infrastructure de support à la recherche « en train de se faire ». Certains des besoins identifiés tout au long du projet-pilote trouvent donc une réponse à travers la grille de services proposée par la PlaTec.

Le projet-pilote CDP-DDZ

Financé par l’ASSH sur mandat du SEFRI, le projet-pilote Centre de Données et de Prestations/Daten- und Dienstleistungszentrum (CDP-DDZ) s’est déroulé de juillet 2013 à juin 2015 et impliquait, sous la houlette de l’université de Bâle, les universités de Lausanne et Berne. Il avait pour objectif de tester la capacité de Salsah 1.0, logiciel développé par le Digital Humanities Lab, à intégrer des bases de données de recherche en SHS construites sur des modèles de données différents et faisant état de données de nature variée (image, son, vidéo, texte, etc.). L’objectif était de :

  • déterminer si Salsah pouvait répondre aux besoins des utilisateurs de logiciels tels que FileMaker Pro et des systèmes de gestion de bases de données relationnelles plus robustes (MySQL/PhpMyAdmin) ;
  • remédier au problème que pose à court-terme dans les institutions de recherche le maintien des bases de données de recherche dès la fin du financement des projets et la pérennisation des données qui y sont rassemblées ;
  • étudier les possibilités de garantir l’intégrité des données mais aussi leur accessibilité dans le temps aux chercheurs ;
  • préparer la voie à la création d’une infrastructure nationale chargée de la gestion des données de recherche : le Data and Service Center for the Humanities.

Le projet-pilote reposait sur le postulat suivant : le maintien à long terme d’un seul système de gestion des données, un environnement virtuel de recherche, contenant une grande quantité de données unifiées est moins coûteux et moins risqué pour une institution que le maintien d’une kyrielle de petites bases de données construites chacune sur un modèle spécifique et reposant sur des logiciels variés (dont certains, comme FileMaker Pro, posent des problèmes lorsqu’il s’agit de migrer les données vers un autre système).

Vers une infrastructure de support à la recherche à l’UNIL et un Data and Service Center for the Humanities

Entre la fin du projet du projet-pilote (juin 2015) et l’ouverture du Data and Service Center for the Humanities (janvier 2017) à laquelle a donné lieu la validation des travaux entrepris dans le cadre du projet-pilote par une sélection d’experts internationaux, le Digital Humanities Lab de Bâle a complètement revu l’environnement virtuel de recherche Salsah 1.0 et mis au point une solution logicielle orientée vers l’archivage et la diffusion des données, fondée sur les technologies du web sémantique et du web de données. Dans le même temps, l’équipe du projet CDP-DDZ à l’UNIL a cherché à définir les besoins auxquels une infrastructure de support à la recherche devrait répondre pour offrir aux équipes de cherche un meilleur cadre de travail et favoriser la production de données de recherche documentées, valorisables et réutilisables. La PlaTec est le résultat de cette réflexion.

Outre le déploiement de Knora/Salsah à l’UNIL, la PlaTec offre donc des accompagnements variés, dont celui qui consiste à encadrer les équipes de recherche de manière à produire des bases de données performantes, qui répondent réellement aux besoins des projets. A terme, l’objectif est de proposer un accompagnement aux projets de recherche tout au long des processus d’acquisition, d’exploitation, de valorisation et de pérennisation des données.